Arnaque sentimentale

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en novembre 2018

Sommaire

  • Définition de l'arnaque sentimentale
  • Arnaque sentimentale : responsabilité civile générale
  • Dissolution du mariage en cas d'arnaque sentimentale

Si vous êtes victime d'une arnaque sentimentale, vous pouvez réagir sur le plan juridique. Le divorce ou la dissolution du mariage sont envisageables.

Définition de l'arnaque sentimentale

Une arnaque sentimentale consiste à feindre des sentiments amoureux pour une personne afin d'en retirer des avantages : argent, services, relations sexuelles, mariage ou autres.

La victime peut se faire piéger par exemple sur des sites internet, par le biais de clubs de rencontres, ou tout simplement à la suite de rencontres dans la vie.

Arnaque sentimentale : responsabilité civile générale

Tout agissement qui cause un dommage oblige le fautif à réparer civilement ce dommage (article 1240 du Code civil). Cette responsabilité civile générale vous permet de demander en justice des dommages-intérêts au fautif. Vous pouvez poursuivre civilement la personne qui a feint des sentiments amoureux pour vous. Vous pouvez aussi poursuivre civilement ses complices ou les personnes qui ont permis l'arnaque. S'il s'avère par exemple qu'un site internet ou un club de rencontres portent une part de responsabilité, engagez leur responsabilité civile.

Demandez réparation pour le préjudice matériel (argent ou patrimoine perdus, dépenses diverses, etc). N'oubliez pas non plus le préjudice moral ou sentimental.

Dissolution du mariage en cas d'arnaque sentimentale

Le Code civil prévoit la possibilité de faire annuler le mariage en cas d'arnaque sentimentale.

Nullité absolue du mariage

Il n'y a pas de mariage quand il n'y a pas de consentement (article 146 du Code civil). Or, en cas d'arnaque sentimentale, votre consentement est inexistant.

L'article 146 du Code civil vous permet de demander en justice la nullité du mariage. Vous devez le faire dans les 30 ans suivant la célébration du mariage (article 184 du Code civil).

Nullité relative du mariage

Un époux dont le consentement n'a pas été libre peut demander l'annulation du mariage (article 180 du Code civil). Même chose si l'époux trompé a été induit en erreur sur ce qu'est l'autre conjoint et sur ses qualités essentielles.

Le conjoint abusé peut demander la nullité du mariage dans les 5 ans suivant sa célébration (article 181 du Code civil).

Divorce : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour faire les bons choix
  • Des conseils sur les procédures et les différentes étapes
Télécharger mon guide
Divorce