Porter plainte pour abandon de famille

Sommaire

Porter plainte pour abandon de famille

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Votre ex-conjoint ou l’un de vos parents a été condamné par décision de justice à vous verser une pension alimentaire ou une contribution pécuniaire, mais il ne s'y conforme pas ou seulement partiellement. En agissant ainsi, il commet un abandon de famille, au titre des articles 227-3 à 227-4-1 du Code pénal. Portez plainte afin de recouvrer les sommes non versées.

Voici la marche à suivre pour porter plainte pour abandon de famille.

Lire l'article Ooreka

1. Assurez-vous de pouvoir porter plainte pour abandon de famille

Vérifiez tout d'abord que votre situation correspond aux critères suivants :

  • Une décision de justice devenue définitive et dûment signifiée ou une convention judiciairement homologuée prévoyant le versement d’une contribution ou l’exécution d’une prestation en votre faveur, au profit d’un enfant mineur.
  • Cela fait plus de 2 mois que le débiteur de cette contribution ou de cette prestation ne s’en acquitte pas ou seulement de façon partielle.

Pour porter plainte auprès du commissariat ou de la gendarmerie :

  • munissez-vous de la décision de justice ou de la convention homologuée qui prévoit le versement d’une pension ou l’exécution d’une prestation en votre faveur ou au profit de votre enfant ;
  • rendez-vous au commissariat de police ou à la gendarmerie le plus proche de votre domicile afin d’y déposer une plainte pour abandon de famille.
Lire l'article Ooreka
Consulter la fiche pratique Ooreka

2. Adressez un courrier au procureur de la République pour abandon de famille

Si vous ne souhaitez pas vous rendre au commissariat ou à la gendarmerie, rédigez une lettre de plainte adressée au procureur de la République rattaché au tribunal de grande instance dans le ressort duquel est situé votre domicile. Elle doit comporter :

  • vos nom et prénom ;
  • vos coordonnées complètes ; 
  • le motif de votre plainte comportant le récit des faits, les lieux et la date de l’infraction ;
  • le montant des pensions non payées ;
  • les nom et prénom ainsi que l’adresse précise de la personne contre laquelle vous dirigez votre plainte.

Joignez à cette lettre :

  • la copie de la décision de justice ou de la convention homologuée contraignant le débiteur à verser une pension (ou à s'acquitter d'une prestation) ;
  • la copie des éventuelles mises en demeure que vous avez préalablement envoyées pour tenter d’obtenir une résolution amiable du différend.

3. Attendez la décision du procureur suite au dépôt de votre plainte ou de l'envoi de votre courrier

Une fois votre plainte portée à la connaissance du procureur de la République, celui-ci dispose de plusieurs options :

  • Il transmet le dossier à un juge qui convoquera les parties à l'audience.
  • Il saisit le tribunal correctionnel, qui convoquera le débiteur à l’une de ses audiences.
  • Il classe sans suite : le procureur peut décider de ne pas poursuivre (si les faits sont prescrits, par exemple). Vous recevrez alors un avis de classement sans suite, qui doit être motivé.

Le procureur de la République n'est pas contraint de vous apporter une réponse dans un délai prévu par la loi. Par conséquent :

  • Si vous constatez au bout de quelques mois que vous n'avez reçu aucun courrier, contactez le bureau d'ordre du parquet du tribunal de grande instance compétent, afin de connaître la suite réservée à votre dossier.
  • Si le procureur de la République estime que votre plainte est fondée, il pourra faire citer votre débiteur devant le tribunal ou désigner un juge chargé d'enquêter sur la réalité des faits : vous serez averti par courrier de l'avancée de votre affaire.
Consulter la fiche pratique Ooreka

4. Faites citer directement votre débiteur devant le tribunal correctionnel

Si vous ne souhaitez pas porter plainte au commissariat ou auprès du procureur de la République, vous pouvez également contacter le greffe du tribunal correctionnel afin d'obtenir une date d’audience à laquelle vous convoquerez votre débiteur.

Contactez un huissier afin qu’il rédige et délivre, dans un délai d'au moins 10 jours avant la date de l’audience, la citation à votre débiteur, l’informant qu’un procès lui est intenté et qu’il doit s’y présenter.

Lire l'article Ooreka

5. Assistez à l'audience si possible

Même si vous n'avez aucune obligation à vous présenter à l'audience, il est conseillé d’y assister.

En revanche, le débiteur doit se présenter au tribunal correctionnel pour l’audience à laquelle il a été convoqué.

S'il est reconnu coupable d'abandon de famille, cette infraction peut être mentionnée dans son casier judiciaire.

Lire l'article Ooreka
Consulter la fiche pratique Ooreka
Divorce

Divorce : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour faire les bons choix
  • Des conseils sur les procédures et les différentes étapes
Télécharger mon guide